Société générale

Société générale, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Société générale Numéro de téléphone des services
  • Société générale SAV
  • Société générale Service après vente
  • Société générale Contact divers
  • Société générale Assistance client

 

Information sur les numéro de contact Société générale

Société Générale

Société Générale S.A. (France : est une banque d’investissement et de services financiers multinationale française dont le siège social est situé à Paris, France. La société est une banque universelle dont les divisions soutiennent les Réseaux France, la Banque de Détail à l’International, les Services Financiers, la Banque de Financement et d’Investissement, la Banque Privée, la Gestion d’Actifs et les Services aux Investisseurs, les Réseaux France, Global Transaction Banking.

Société Générale est la troisième banque française par le total de bilan, elle est connue comme l’une des Trois Vieilles de la banque française, aux côtés de BNP Paribas et du Crédit Lyonnais .

La Société Générale est l’une des plus anciennes banques de France. Fondée en 1864, son nom d’origine était Société Générale pour favoriser le développement du commerce et de l’industrie en France (anglais : Société Générale d’Appui au Développement du Commerce et de l’Industrie en France).

La banque a été fondée par un groupe d’industriels et de financiers sous le Second Empire, le 4 mai 1864. Le premier président de la banque fut l’éminent industriel Eugène Schneider (1805-1875), suivi par Edward Charles Blount .

L’entreprise a commencé à embaucher des employés et à établir des bureaux. La couverture de la France s’est poursuivie à un rythme soutenu. En 1870, la banque compte 15 agences à Paris et 32 dans le reste de la France. Elle a ouvert un bureau permanent à Londres en 1871.

Au début, la banque utilisait la quasi-totalité de ses ressources propres pour ses opérations financières et bancaires. En 1871, la Société Générale s’est introduite sur le marché des émissions publiques françaises avec un emprunt obligataire national lancé pour couvrir l’indemnité de guerre prévue par le Traité de Francfort.

En 1886, la Société Générale fait partie du consortium bancaire (avec la Banque franco-égyptienne et le Crédit Industriel et Commercial) qui finance la construction de la Tour Eiffel.

De 1871 à 1893, la France traverse une période de morosité économique marquée par la faillite de plusieurs établissements bancaires. La croissance de l’entreprise s’est poursuivie à un rythme plus modéré. En 1889, le groupe compte 148 guichets bancaires, ce qui témoigne de sa capacité à résister à des conditions économiques défavorables.

Dès 1894, la banque met en place les structures qui caractérisent un grand établissement de crédit moderne. Outre la collecte des dépôts des entreprises et des particuliers, ses agences ont commencé à fournir des crédits d’exploitation à court terme aux industriels et aux commerçants. Elle s’est également lancée dans le placement d’actions auprès du grand public, en émettant des emprunts obligataires privés en France, mais aussi en Russie. L’acquisition de participations est devenue une activité plus secondaire. L’excellente santé financière de la société lui a permis d’élargir sa structure actionnariale.

En 1895, la Société Générale comptait 14 000 actionnaires. En 1913, ils étaient 122 000. Les années de guerre ont été difficiles et ont eu de graves conséquences avec la perte des affaires russes. Cependant, dans les années 1920, la Société Générale devient la première banque française : son réseau s’est fortement développé depuis les années 1890, avec un nombre important d’agences et de bureaux saisonniers permettant une pénétration en profondeur du marché provincial (260 bureaux saisonniers en 1910 et 864 en 1930).

Le nombre de points de vente passe de 1 005 en 1913 à 1 457 en 1933 (y compris ceux exploités par Sogenal).
Grâce aussi au dynamisme des cadres du siège et des succursales, elle devance le Crédit Lyonnais (en termes de collecte et de distribution des dépôts) entre 1921 et 1928. Pour répondre aux besoins des sociétés d’investissement, la Société Générale crée en 1928 une filiale, Californie, spécialisée dans le crédit moyen terme.

Sur le plan international, la banque a eu une participation active dans la Banque Russo-Asiatique, l’une des principales banques de l’empire russe.

Les années 1930 ont été une autre période difficile. Compte tenu du déclin de l’activité internationale et française, la banque a été contrainte de nationaliser son réseau en fermant des agences locales. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de points de vente n’était pas beaucoup plus élevé qu’en 1922. Toutefois, la Société Générale a été active dans le placement de nombreux emprunts publics lancés durant cette période par l’Etat ou les colonies. La guerre et l’occupation allemande interrompirent son avance, mais la banque s’installa en Afrique et aux Etats-Unis.

La Société Générale a été nationalisée en 1945. Elle ne compte plus qu’un seul actionnaire : l’État.
La période 1945-1958 a été caractérisée en France par une reprise économique rapide, mais aussi par un plus grand déséquilibre de la balance des paiements, nécessitant la poursuite du contrôle des changes et des mesures quasi permanentes de contrôle du crédit. Ce n’est qu’en 1959 que l’économie s’est réellement redressée, mais le contrôle du crédit a été renforcé en raison des pressions inflationnistes persistantes.
La forte croissance de la production et du commerce extérieur a ouvert de nouveaux secteurs d’activité aux banques.

L’industrie a connu des changements assez radicaux, dont l’un des plus frappants a été la spécialisation beaucoup plus poussée du crédit. L’offre de services bancaires n’a cessé de s’élargir.
Grâce à sa présence à New York, la Société Générale a pu profiter du flux d’affaires généré par le Plan Marshall .

Société Générale a poursuivi son développement en France et à l’international. Elle s’est installée en Italie et au Mexique et a modifié le statut de ses établissements en Afrique après la décolonisation, conformément aux lois adoptées par ces pays nouvellement indépendants.

La Société Générale a donné un nouvel élan à son réseau français, avec une accélération de sa croissance après 1966, suite à la suppression de l’autorisation préalable d’ouverture de succursales. L’expansion internationale a été tout aussi vigoureuse. Elle ne se limitait plus, comme auparavant, aux principales places financières (Londres, New York), aux pays voisins (Belgique, Espagne) et aux anciennes colonies, dans le but premier de faciliter l’activité des entreprises françaises, mais visait également à garantir la présence de la banque sur les nouveaux marchés en développement, soit pour exporter l’expertise technique acquise dans certains domaines, soit pour maintenir ses contacts avec les multinationales.

1966 et 1967 ont marqué un tournant fondamental dans la réglementation bancaire, la principale évolution étant l’atténuation de la distinction entre banque de dépôt et banque d’investissement, et la création du marché hypothécaire résidentiel. La Société Générale en a profité pour prendre des positions de premier plan dans certaines nouvelles techniques de financement destinées principalement aux entreprises, telles que le crédit-bail, en créant à cet effet des filiales de crédit spécialisées.

Les années 1970 ont été caractérisées par deux évolutions majeures : l’extension du réseau international et l’introduction généralisée de moyens informatiques pour faire face à l’extension de la clientèle et au développement de la monnaie de dépôt. En 1971, l’apparition des distributeurs automatiques de billets couronne le succès et le développement de la carte de crédit. En 1973, la Société Générale a ouvert son bureau de représentation en Union Soviétique.

En 1975, la Société Générale a créé Agrifan, une société de négoce de produits alimentaires pour mettre en relation les fournisseurs français et les acheteurs étrangers. L’année suivante, pendant les vacances de la fête nationale, un vol minutieusement planifié a été commis.

Dès le début des années 1980, dans un contexte de dérégulation et d’évolution technologique, d’internationalisation des marchés et d’émergence de nouveaux instruments financiers, la Société Générale se fixe deux objectifs commerciaux. Elle s’est de plus en plus tournée vers la clientèle privée via son réseau d’agences et par l’acquisition de filiales spécialisées. Elle a poursuivi et développé ses activités sur les marchés des capitaux en France, puis, de manière sélective, sur les différentes places financières internationales.
Le 29 juillet 1987, la Société Générale a été privatisée. Elle avait été choisie parmi les trois premières banques commerciales françaises nationalisées en 1945 pour ses excellents ratios de couverture de risque, de fonds propres et de productivité. George Soros était actionnaire en 1988.

Au cours des années suivantes, le Groupe Société Générale s’est concentré sur le développement de ses activités autour de trois pôles d’activités en combinant croissance organique et acquisitions.

La Banque de Détail s’est renforcée en 1997 avec l’acquisition du Crédit du Nord, soulignant la volonté du Groupe de capitaliser sur la restructuration du système bancaire français. Dans le même temps, la Société Générale a cherché à fidéliser durablement ses clients (lancement du “numéro de compte unique à vie” et introduction de Jazz, une offre globale de services). En 1999, elle a conclu un accord de fusion avec la banque rivale Paribas, mais celui-ci a été saboté par un concurrent, la Banque Nationale de Paris (BNP).

En 1998, la Société Générale a versé 540 millions de dollars en espèces pour acquérir Cowen & Company, une banque d’investissement new-yorkaise spécialisée dans les secteurs des soins de santé, des technologies et des communications.

En 1998, la Société Générale a créé la Banque de Détail à l’international en tant que pôle à part entière, soulignant ainsi la volonté du Groupe de faire de cette activité l’un de ses axes stratégiques de développement. Cette activité a également été renforcée en 1999 par les acquisitions réalisées en Roumanie (BRD – Groupe Société Générale), en Bulgarie (Société Générale Expresbank) et à Madagascar. Cette stratégie de croissance externe s’est traduite par des acquisitions en Europe centrale (Komerční Banka en République tchèque et SKB Banka

En 2001, la Société Générale a pris le contrôle du groupe TCW. Le groupe TCW, fondé en 1971, était à l’origine connu sous le nom de Trust Company of the West et est la société mère de TCW/Crescent Mezzanine, l’une des principales sociétés de capital mezzanine aux États-Unis. Le groupe TCW opérait en tant que filiale de Société Générale Asset Management jusqu’à sa cession à Carlyle Group .

L’Afrique est également un domaine d’intérêt majeur pour la banque, avec l’acquisition en 2002 d’Eqdom au Maroc (leader sur le marché du crédit à la consommation) et de l’Union Internationale de Banques en Tunisie. En outre, 51 % de SSB Bank au Ghana en 2003 et 50 % de Geniki Bank en Grèce en 2004 ont été acquis. En matière de services financiers spécialisés, un département créé mi-2001, l’acquisition de deux filiales de la Deutsche Bank, ALD Automotive pour le leasing et le financement automobile multimarques et GEFA pour le financement des ventes aux entreprises, a permis à Société Générale de renforcer sa présence européenne dans ces secteurs. En 2002, elle a poursuivi sa stratégie de croissance externe en rachetant Hertz Lease, filiale européenne spécialisée dans la location longue durée et la gestion de flotte de véhicules Ford Motor Company.

Historiquement leader en France des produits d’épargne financière (fonds communs de placement, fonds d’investissement, plans d’épargne d’entreprise), le Groupe a développé ses activités de gestion d’actifs et de banque privée : en 1999, sa filiale Société Générale Asset Management a poursuivi sa stratégie de développement à l’international de son activité de gestion collective en France et ses activités destinées aux grands investisseurs institutionnels. Avec le lancement de Société Générale AM UK à Londres et l’acquisition de Yamaichi au Japon, Société Générale Asset Management a franchi une étape décisive dans l’établissement de sa présence internationale et est désormais en mesure d’offrir à ses clients des capacités de gestion de fonds véritablement mondiales. La Société Générale est également présente dans le monde entier dans les activités de banque privée. Après une politique volontariste d’acquisitions en 1998, Société Générale Private Banking a consolidé et développé sa franchise en 1999 dans un contexte de concurrence accrue.

Au cours du 1er trimestre 2004, la troisième branche d’activité du Groupe Société Générale, GIMS Global Investment Management and Services a été créée. En février 2004, la Société Générale a créé une nouvelle division dénommée SG GSSI, Global Securities Services for Investors, qui fournit des services aux investisseurs sur titres et dérivés, rattachée au GIMS qui regroupe SG Asset Management, SG Private Banking et SG Global Securities Services for Investors. GIMS employait 7 600 personnes.

En 2005, la Société Générale a acquis DeltaCredit, la plus grande banque hypothécaire de Russie, auprès du U.S. Russia Investment Fund pour 100 millions de dollars.

La Société Générale a développé ses activités de Banque de Financement et d’Investissement sous la marque SG CIB, lancée en 1998, qui est reprise à partir de 2014 par SG SS. Forte d’une clientèle solide et d’une capacité d’innovation reconnue et confirmée par les classements, la Société Générale souhaitait développer ses activités de fusions et acquisitions, de conseil et d’introduction en bourse par l’acquisition de sociétés spécialisées (SG Hambros au Royaume-Uni, Barr Devlin aux États-Unis).

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Société générale
SAV Société générale
Service après vente Société générale
Contact Société générale
Assistance client Société générale