Banque de la reunion

Contacter Banque de la reunion, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

Téléphone : *0187447251, prix d'un appel local
  • Numéro de téléphone des servicesBanque de la reunion
  • SAV Banque de la reunion
  • Service après vente Banque de la reunion
  • Contact divers Banque de la reunion
  • Assistance client Banque de la reunion

 

Contacter Banque de la reunion par téléphone et informations

La Banque Française Commerciale Océan Indien (BFCOI) est une banque française qui, depuis 2003, est détenue conjointement par la Mauritius Commercial Bank et la Société Générale. Elle a son siège à Saint Denis, à la Réunion. Elle compte plus de 360 employés et plus de 80 000 clients dans ses opérations à la Réunion (13 agences), à Mayotte (trois agences) et à Paris (une agence), où elle exerce principalement des activités de banque privée.

En 1925, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque de l’Indochine, la Banque Lazard et le gouvernement chinois ont créé la Banque Franco-Chinoise pour le Commerce et l’Industrie (BFCCI) pour reprendre les actifs de la Banque Industrielle de Chine (est. 1913). La Banque a établi des bureaux à Pékin, Shanghai et Teinstsin. Elle a également établi des bureaux au Nord Vietnam (Hanoi et Haiphong), au Centre Vietnam (Vinh, Huë, Tourane (Da Nang) et Qui Nhơn), au Sud Vietnam (Saigon) et au Cambodge (Phnom Penh). En 1939, seules les branches de Hanoi, Saigon et Phnom Penh restent en Indochine française. Dans le même temps, la banque dispose de trois bureaux en France (Paris, Lyon et Marseille).

En 1951, préoccupée par sa concentration géographique dans la région à haut risque de l’Indochine, la BFCCI cherche à se diversifier en créant des succursales à Madagascar. Après la défaite française de 1954 à Diên Biên Phu, la BFCCI a fermé ses bureaux au Nord Vietnam. La banque a cependant commencé à se développer au Sud-Vietnam et au Cambodge. L’année suivante, la BFCCI quitte finalement la Chine, ses succursales étant inopérantes depuis un certain temps.

En 1960, la Banque de l’Indochine rachète les parts de la BFCCI que la Banque de Paris et des Pays-Bas et la Banque Lazard détenaient. En 1963, le prince Sihanouk nationalise le secteur bancaire au Cambodge, mais la BFCCI est autorisée à conserver un bureau de représentation. (En 1975, lors de la terreur lancée par les Khmers rouges, le représentant – d’origine chinoise – et sa famille ont tous disparu). En 1964, la BFCCI a changé de nom pour devenir la Banque Française pour le Commerce. L’année suivante, le gouvernement du Vietnam du Sud souhaite créer un secteur bancaire national. La BFC a participé à la création de la Banque pour le Commerce, l’Industrie et l’Agriculture (BCIA) – Nong Cong Thuong Ngan Hang en vietnamien – sous le contrôle d’un jeune sud-vietnamien détaché de la BFC.

Une modification de la loi française en 1967 a libéralisé l’implantation des succursales, permettant à la BFC d’augmenter le nombre de ses succursales en France. L’année suivante, la BFC a changé de nom pour devenir la Banque Française Commerciale.

Les troubles politiques ont coûté à la BFC plusieurs opérations en 1975. Les opérations à Madagascar ont été satisfaisantes jusqu’au début des troubles politiques en 1972. Puis, en 1975, la République malgache a nationalisé ses succursales et les a transférées à la Banque Financière et Commerciale Malagache. De même, la chute de Saigon a réduit le groupe BFC au Vietnam à l’inactivité. Les autorités ont liquidé la banque et saisi ses actifs ; le personnel expatrié est rentré en France.

La BFC décide de transférer ses opérations dans l’Océan Indien et, en 1976, établit une succursale à la Réunion. La BFC a également établi des opérations à Mayotte à la demande du gouvernement français après que l’île ait perdu tous ses services bancaires en se séparant des Comores et en votant pour rester liée à la France. La BFC a également acquis la Banque Antillaise et a ouvert une succursale en Guyane. Deux ans plus tard, la BFCOI a ouvert une succursale aux Seychelles. L’année suivante, la BFC a absorbé la Banque Antillaise, ainsi que ses succursales en Guyane (2), en Guadeloupe (7) et en Martinique (3), et a ouvert une succursale à la Dominique.

En 1984, la BFC s’est restructurée en tant que société holding. Elle a créé trois sociétés distinctes sur le plan juridique et opérationnel : La Banque Française Commerciale en France Métropolitaine (BFC) pour les succursales en France, la Banque Française Commerciale Océan Indien (BFCOI) pour les succursales à la Réunion, à Mayotte et aux Seychelles, et la Banque Française Commerciale Antilles-Guyane (BFCAG) pour les succursales en Guyane et aux Antilles. La Banque Indosuez détient la totalité du capital de ces trois entités. L’année suivante, la Compagnie Lyonnaise de Financement Immobilière a acquis les succursales de la BFC en France.

En 1996, la Banque Indosuez a cédé à la Mauritius Commercial Bank (MCB) une participation majoritaire (66,66 %) dans la BFCOI ; la Banque Indosuez a conservé 22,22 %. L’année suivante, la BFCOI a ouvert une succursale à Paris. En 1997, la BFCOI a ouvert un bureau de représentation au Mozambique.

En 2000, la MCB a racheté la participation minoritaire que le Crédit Agricole Indosuez détenait dans la BFCOI, portant sa participation à 88,88 %. Cette opération fait suite à la reprise de la Banque Indosuez par le groupe Crédit Agricole, qui était lui-même présent à la Réunion et à Mayotte en concurrence directe avec la BFCOI. La BFCOI devient le représentant de la Banque Fédérale Mutualiste dans la région de l’Océan Indien.

Au début de 2003, la Banque a conclu un accord avec la Société Générale, établissant une participation conjointe (50:50) dans la BFCOI. Toutefois, les opérations de la BFCOI aux Seychelles ne relevaient pas du champ d’application de l’accord de coopération.

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Banque de la reunion
SAV Banque de la reunion
Service après vente Banque de la reunion
Contact Banque de la reunion
Assistance client Banque de la reunion