Ubisoft

Ubisoft, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Ubisoft Numéro de téléphone des services
  • Ubisoft SAV
  • Ubisoft Service après vente
  • Ubisoft Contact divers
  • Ubisoft Assistance client

 

Information sur les numéro de contact Ubisoft

Ubisoft Entertainment SA (/ ˈ j uː b i s ɒ f t, – s ɔː f t / ; français :

La famille Guillemot s’était établie en tant qu’entreprise de soutien à l’agriculture pour les agriculteurs de la province de Bretagne dans le nord-ouest de la France et des régions voisines, y compris au Royaume-Uni. Les cinq fils de la famille – Christian, Claude, Gérard, Michel et Yves – ont aidé à la vente, la distribution, la comptabilité et la gestion de l’entreprise avec leurs parents avant l’université. Tous les cinq ont acquis de l’expérience en affaires à l’université, qu’ils ont rapportée à l’entreprise familiale pour l’améliorer, à un moment où les entreprises agricoles commençaient à décliner. Les frères ont eu l’idée de se diversifier pour vendre d’autres produits utiles aux agriculteurs ; Claude a commencé par vendre des supports audio CD, et plus tard les frères ont étendu leurs activités aux ordinateurs et aux logiciels supplémentaires qui comprenaient des jeux vidéo.

Au début des années 1980, ils ont constaté que les coûts d’achat d’ordinateurs et de logiciels auprès d’un fournisseur français étaient plus élevés que ceux de l’achat du même matériel au Royaume-Uni et de l’expédition en France, et ils ont eu l’idée d’une entreprise de vente par correspondance autour des ordinateurs et logiciels. Leur mère leur a dit qu’ils pouvaient démarrer leur propre entreprise de cette façon à condition qu’ils la gèrent eux-mêmes et qu’ils partagent également ses parts entre eux cinq. Leur première entreprise est Guillemot Informatique, fondée en 1984.

Ubi Soft a d’abord opéré à partir de bureaux à Paris, puis à Créteil en juin 1986.

Vers 1988, les coûts d’entretien du château étaient trop élevés et les promoteurs, une demi-douzaine à l’époque, ont eu la possibilité de s’installer à Paris. L’un des premiers embauchés d’Ubi Soft est Michel Ancel qui n’était alors qu’un adolescent, mais qui avait été remarqué par les frères pour ses talents d’animateur, et lui et sa famille se sont installés en Bretagne. Cependant, avec la fermeture du château, la famille d’Ancel n’avait plus les moyens de vivre à Paris et retourna à Montpellier, dans le sud de la France, tandis que les frères Guillemot disaient à Ancel de les tenir au courant de ce qu’il pourrait y trouver.

En 1996, Ubi Soft a fait appel public à l’épargne et levé plus de 80 millions de dollars US pour l’accompagner dans son développement. En deux ans, la société a établi des studios dans le monde entier à Annecy (1996), Shanghai (1996), Montréal (1997) et Milan (1998).

L’une des difficultés rencontrées par les frères était l’absence d’une propriété intellectuelle qui aurait une emprise sur le marché américain ; des jeux comme Rayman ont bien marché en Europe, mais pas à l’étranger.

En mars 2001, Gores Technology Group leur a vendu la division divertissement de The Learning Company (qui comprend les jeux initialement publiés par Brøderbund, Mattel Interactive, Mindscape et Strategic Simulations). La vente comprenait les droits de propriété intellectuelle tels que la série Myst and Prince of Persia.

Le 9 septembre 2003, Ubi Soft a annoncé qu’elle changerait son nom pour Ubisoft et a introduit un nouveau logo connu sous le nom de “the swirl”.

Ubisoft a établi une autre nouvelle PI, Assassin’s Creed, lancée en 2007 ; Assassin’s Creed a été développé à l’origine par Ubisoft Montréal comme une suite de Prince of Persia : The Sands of Time mais s’est transformé en une histoire sur les Assassins et les chevaliers templiers. En janvier 2013, Ubisoft a acquis South Park : Le bâton de vérité de THQ pour 3,265 millions de dollars.

En 2013, Ubisoft a annoncé son intention d’investir 373 millions de dollars sur sept ans dans ses activités au Québec, ce qui devrait générer 500 emplois supplémentaires dans la province. L’éditeur investit dans l’expansion de ses technologies de capture de mouvement et la consolidation de ses opérations et de son infrastructure de jeux en ligne à Montréal. D’ici 2020, l’entreprise emploiera plus de 3 500 personnes dans ses studios de Montréal et de Québec.

En mars 2015, l’entreprise a créé un Centre de relations avec les consommateurs à Newcastle-upon-Tyne. Le centre vise à intégrer des équipes de soutien aux consommateurs et des gestionnaires communautaires. Les équipes de soutien aux consommateurs et de gestion communautaire du CRC sont opérationnelles sept jours sur sept.

Depuis 2015 environ, le groupe français de médias de masse Vivendi cherche à développer ses actifs médias par le biais d’acquisitions et d’autres opérations commerciales. Outre la régie publicitaire Havas, Ubisoft a été l’une des premières cibles identifiées par Vivendi, dont la valorisation est estimée à 6,4 milliards de dollars en septembre 2017.

Vivendi a également pris une participation dans l’éditeur de jeux mobiles Gameloft, également détenu par les Guillemots, en même temps qu’il a commencé à acquérir des actions Ubisoft.

Lors de la réunion annuelle du conseil d’administration d’Ubisoft en septembre 2016, Vivendi a acquis 23 % des actions, tandis que Guillemots a pu porter sa participation à 20 %. Une demande a été faite lors du conseil d’administration de placer des représentants de Vivendi au conseil d’administration d’Ubisoft, compte tenu de l’importance de leur participation. Les Guillemots s’y sont fermement opposés, réaffirmant que Vivendi devait être considéré comme un concurrent, et ont réussi à convaincre les autres membres votants de refuser à Vivendi tout siège au conseil d’administration.

Vivendi a continué d’acheter des actions d’Ubisoft, approchant les 30 %, ce qui pourrait déclencher une prise de contrôle hostile ; à compter de décembre 2016, Vivendi détenait 27,15 % du capital d’Ubisoft.

Dans la semaine précédant l’acquisition par Vivendi de droits de vote double sur les actions précédemment achetées, ce qui aurait probablement porté leur participation à plus de 30 %, la société, dans les résultats trimestriels publiés en novembre 2017, a indiqué qu’elle ne prévoyait pas d’acquérir Ubisoft au cours des six prochains mois, qu’elle ne chercherait pas de postes d’administrateur en raison des actions détenues pendant cette période et qu’elle allait s’assurer que sa participation dans Ubisoft ne franchisse pas, par le doublement des voix, le seuil des 30 %. Vivendi a poursuivi son développement dans le secteur des jeux vidéo, estimant que sa participation dans Ubisoft pourrait représenter une plus-value supérieure à 1 milliard d’euros.

Le 20 mars 2018, Ubisoft et Vivendi ont conclu un accord mettant fin à toute prise de contrôle potentielle, Vivendi s’engageant à céder à des tiers la totalité de ses actions, soit plus de 30 millions, et à ne pas acheter d’actions Ubisoft pendant cinq ans. Certaines de ces actions ont été vendues à Tencent qui, après la transaction, détenait environ 5,6 millions d’actions d’Ubisoft (environ 5% du total des actions).

Ubisoft possède 47 studios de jeux vidéo dans le monde.

Ubisoft a remarqué que les expériences de bac à sable connecté, avec des changements continus entre les modes solo et multijoueurs, offraient plus de plaisir aux joueurs, ce qui a conduit l’entreprise à passer des jeux solo aux expériences en ligne connectés à Internet.

Dans une entrevue accordée à The Verge, Anne Blondel-Jouin, productrice exécutive de The Crew, est devenue vice-présidente des opérations en direct,

Uplay est un service de distribution numérique, de gestion des droits numériques, de multijoueurs et de communication pour PC créé par Ubisoft. Le Club Ubisoft est un programme de récompenses lié aux membres Uplay qui gagnent des récompenses en accomplissant certaines actions en jouant à des jeux publiés par Ubisoft. La réalisation d’une action vous donne un certain nombre d’unités, que les membres peuvent utiliser pour déverrouiller ces récompenses ou pour obtenir un rabais sur les jeux de l’Uplay Store.

AnvilNext, anciennement appelé Scimitar, est un moteur de jeu propriétaire développé entièrement au sein d’Ubisoft Montréal en 2007 pour le développement du premier jeu Assassin’s Creed, et utilisé depuis pour presque tous les autres titres Assassin’s Creed et autres jeux Ubisoft.

Le Dunia Engine est une fourchette logicielle du CryEngine qui a été développé à l’origine par Crytek, avec des modifications faites par Ubisoft Montréal. Le CryEngine était unique à l’époque car il pouvait rendre de grands espaces environnementaux extérieurs. Crytek avait créé une démo de leur moteur appelée X-Isle : Dinosaur Island dont ils avaient fait la démonstration à l’Electronic Entertainment Expo 1999. Ubisoft a vu la démo, et Crytek l’a transformée en un titre complet, devenant ainsi le premier Far Cry, sorti en 2004.

En développant Far Cry 2, Ubisoft Montréal a modifié le CryEngine pour inclure des environnements destructibles et un moteur physique plus réaliste. Cette version modifiée est devenue le moteur Dunia, qui a été présenté en première mondiale avec Far Cry 2 en 2008.

Ubisoft a introduit le moteur Dunia 2 dans Far Cry 3 en 2012,

Ubisoft a utilisé la technologie controversée de protection contre la copie “StarForce” qui est capable d’installer des pilotes sur un système et est connue pour causer des problèmes matériels et de compatibilité avec certains systèmes d’exploitation. En avril 2006, Ubisoft a confirmé qu’elle cesserait d’utiliser StarForce sur ses jeux, citant des plaintes de clients.

Dans le numéro de février 2008 de Electronic Gaming Monthly, le rédacteur en chef Dan “EGMShoe” Hsu a affirmé qu’Ubisoft avait cessé de fournir des titres Ubisoft à EGM à des fins de couverture, suite à des avant-premières critiques et des critiques négatives.

En août 2008, Ubisoft a été critiqué par le groupe anti-guerre Direct Action to Stop the War (DASW) pour son rôle de développeur d’outils de propagande et de recrutement pour le Département de la Défense américain.

En janvier 2010, Ubisoft a annoncé la mise en ligne de la plateforme de services en ligne Uplay, qui exige des clients qu’ils s’authentifient dès le premier lancement du jeu et qu’ils restent en ligne en permanence tout en jouant, le jeu s’interrompant si la connexion réseau est interrompue. Ce système empêche de jouer aux jeux hors ligne, de les revendre et dans le cas où les serveurs d’Ubisoft tomberaient en panne, les jeux seraient impraticables. En 2010, les versions révisées d’Assassin’s Creed II et Settlers 7 pour PC contenaient ce nouveau schéma DRM et au lieu de mettre le jeu en pause, il supprimerait tous les progrès réalisés depuis le dernier point de contrôle ou sauverait le jeu.

En mars 2010, des pannes des serveurs DRM d’Ubisoft ont été signalées, empêchant environ 5% des acheteurs légitimes de jouer à Assassin’s Creed II et Silent Hunter 5.

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Ubisoft
SAV Ubisoft
Service après vente Ubisoft
Contact Ubisoft
Assistance client Ubisoft