Prixtel

Prixtel, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Prixtel Numéro de téléphone des services
  • Prixtel SAV
  • Prixtel Service après vente
  • Prixtel Contact divers
  • Prixtel Assistance client

 

Information sur les numéro de contact Prixtel

Internet en France est accessible au grand public depuis 1994, mais son utilisation généralisée n’a pris son essor qu’au milieu des années 2000. Au 31 décembre 2014, la France comptait 26 millions de connexions Internet haut débit et haut débit sur les réseaux fixes. En 2014, 80,7 % des ménages français (22,5 millions de foyers) avaient accès à Internet (47 millions d’utilisateurs en janvier 2015, selon Médiamétrie).

En 2014, 82 % des Français de 12 ans et plus avaient accès à Internet à la maison (même si seulement 77 % l’utilisaient) et 64 % des Français de 12 ans et plus se connectaient quotidiennement à Internet à la maison. Si l’on considère l’ensemble des lieux de connexion (et pas seulement le domicile), 83% des Français étaient des internautes.

En France métropolitaine, la concurrence intense entre les fournisseurs d’accès à Internet a conduit à l’introduction de l’ADSL haut débit à prix modéré jusqu’à 28 Mbit/s (ATM), du VDSL2 jusqu’à 100 Mbit/s et du FTTX jusqu’à 1 Gbit/s contre 26 € par mois. Ils comprennent souvent d’autres services tels que les communications téléphoniques VoIP gratuites illimitées vers les lignes terrestres et la télévision numérique. L’accès Internet commuté est considéré comme désuet.

Depuis 2003 environ, les quotas sont considérés comme dépassés et, par conséquent, toutes les offres d’Internet à large bande fixe en France ne sont pas mesurées.

Au départ, Internet n’était accessible qu’à un petit nombre d’utilisateurs dans quelques entreprises et universités. Le grand public a commencé à avoir accès à Internet à partir de 1994, et s’est démocratisé au début des années 2000 avec l’émergence de l’ADSL .

Au cours de l’été 1988, l’INRIA a relié le réseau NSFNet de Sophia Antipolis à Princeton par une liaison satellite louée à France Télécom et MCI. Cette liaison, opérationnelle depuis le 8 août 1988, a permis aux chercheurs de l’INRIA d’accéder au réseau américain et aux chercheurs de la NASA d’accéder à une base de données astronomiques basée à Strasbourg. C’était la première fois que des réseaux français étaient connectés directement à un réseau utilisant TCP-IP, le protocole Internet. L’accès à Internet a été limité à la recherche et à l’éducation pendant quelques années.

En 1992, presque simultanément, le réseau informatique français et Altern (via le service Minitel 3616 ALTERN) permettent au grand public de se connecter au réseau Internet. L’accès au World Wide Web n’existait pas encore à l’époque et les services offerts étaient le courrier électronique, les nouvelles du réseau Usenet, l’accès à de nombreuses archives de logiciels et l’accès aux machines du réseau Internet.

Le premier véritable prestataire de services publics a été WorldNet qui a ouvert ses portes en février 1994 à l’occasion du salon Computer Associates Expo. FranceNet, fondé par Rafi Haladjian, a lancé son service en juin 1994. Celles-ci ont été suivies par l’ordre Calvacom, Internet Way et Imaginet .

AOL a connu un grand succès entre 1996 et 2000 grâce à ses CD gratuits distribués à grande échelle et à des prix attrayants à faible vitesse.

Au 3 décembre 2008, la France comptait 16,3 millions de connexions haut débit, dont 94 % d’abonnés ADSL. Fin septembre 2005, plus de 95 % de la population pouvait disposer d’une connexion DSL, même si certains d’entre eux ne disposaient que d’une connexion 512/128.

On estime à 500 000 le nombre de foyers dans les zones rurales qui ne peuvent pas se connecter à l’ADSL et qui doivent accéder à Internet par d’autres moyens, tels que l’Internet par satellite.

Pour réduire la fracture numérique, de nombreux ministères ont choisi soit de subventionner l’accès à Internet par satellite, soit de déployer des réseaux radio, comme le WiMax. L’Etat français a également choisi de subventionner certains opérateurs privés pour leur permettre de déployer la fibre optique sur l’ensemble du territoire national.

L’AFNIC est responsable des noms de domaine en France, dont.fr (France et île de la Réunion) et.pm (pour Saint-Pierre-et-Miquelon).

D’autres noms de domaine existent, tels que.gf pour la Guyane,.nc pour la Nouvelle-Calédonie,.mq pour la Martinique,.yt pour Mayotte,.pf pour la Polynésie française,.gp pour la Guadeloupe,.tf pour les terres australes et antarctiques françaises ou.eu pour l’Union européenne .

L’accès des consommateurs aux réseaux numériques a commencé en France plus tôt que dans les autres pays avec le Minitel, un service en ligne pré-World Wide Web inventé par les PTT (Postes, Télégraphes et Téléphones). En mai 1998, le nombre de ménages français connectés à Internet était estimé à 570 000 (soit 2,4% des ménages français), contre 270 000 en mai 1997 et 100 000 en mai 1996.

En juin 2009, la France occupait la troisième place en nombre de foyers européens connectés à Internet, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.

La France cherche à atteindre une couverture haut débit universelle d’ici 2017.

Sur 25 millions d’abonnés, les principaux fournisseurs d’accès Internet (FAI) en France sont :

Le contexte juridique français permet aux associations de se constituer en FAI à but non lucratif. Il existe bien plus d’une douzaine d’associations de FAI en France, dont la principale est le réseau informatique français et une fédération de fournisseurs Internet associatifs, la Fédération FDN .

Le marché est orienté vers l’arrêt de la guerre des prix et l’offre d’un plus grand nombre de services à un prix allant de 20€ à 38€ :

Ces offres triple play ont été initiées par Free avec le modem Freebox, et s’étendent à tous les acteurs majeurs, moteur du marché français.

Bouygues Telecom a baissé le premier prix de l’offre triple play standard à 20 euros en février 2015.

Après avoir vendu les premières offres ADSL2+ en Europe, avec un débit en baisse de 18 Mbit/s et en hausse de 1 Mbit/s en 2004, les opérateurs français continuent à proposer de nouveaux services, portés par la concurrence. Il est possible d’utiliser la visiophonie, la vidéo à la demande, la vidéo sur demande, Reach Extended ADSL pour les lignes de 8 km bientôt. Les expériences ne sont plus la marque d’Iliad / Free : elles ont récemment démontré une liaison agrégée 174 Mbit/s, Telecom Italia innove sur le service avec une hotline gratuite et Orange pousse VDSL .

En décembre 2005, Free a mis en place un service de multidiffusion TV sur le réseau local du client, une solution ouverte basée sur la RTSP.

Quadruple play, triple play avec les communications mobiles, est disponible.

Autour de 2007, les opérateurs du haut débit fixe ont expérimenté des offres mobiles bimodes, comme Neuf Cegetel qui vend pour 200 € et 1 € ainsi que son plan Twin,

La France a connu le développement d’autres types d’applications réseaux, comme le réseau radio “bande ultra étroite” de Sigfox, qui couvrira jusqu’à 80% du territoire national en 2012.

En mai 2009, un projet de loi a été approuvé par l’Assemblée nationale française pour prévenir le piratage sur Internet. Après avoir été pris à télécharger des fichiers illégaux trois fois, la connexion d’un utilisateur peut être suspendue. Il ne vise que les réseaux ouverts de partage de fichiers peer-to-peer.

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Prixtel
SAV Prixtel
Service après vente Prixtel
Contact Prixtel
Assistance client Prixtel