Marie blachere

Contacter Marie blachere, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

Téléphone : *0187447251, prix d'un appel local
  • Numéro de téléphone des servicesMarie blachere
  • SAV Marie blachere
  • Service après vente Marie blachere
  • Contact divers Marie blachere
  • Assistance client Marie blachere

 

Contacter Marie blachere par téléphone et informations

Robert Hersant (30 janvier 1920 – 21 avril 1996) était un magnat de la presse française.

Hersant est né à Vertou, en Loire-Atlantique.

D’abord impliqué dans le mouvement des jeunesses socialistes en 1935, Robert Hersant a fondé le parti politique de droite Jeune Front à l’été 1940. Pendant cette période, il devient l’ami de Jean-Marie Balestre. Le Jeune Front, bien qu’étant un petit groupe, publie le journal pro-nazi enragé Au Pilori. Il quitte ce mouvement en octobre 1940, pour devenir membre du secrétariat général de la jeunesse du régime de Vichy. En 1941-1942, il crée un camp à Brévannes, du nom du maréchal Philippe Pétain, pour endoctriner les jeunes dans l’idéologie de la Révolution nationale. Bien qu’il parvienne à échapper aux premières vagues de l’Épuration légale, il est arrêté et emprisonné pendant un mois à Fresnes le 15 juin 1945. Il est jugé en 1947 et condamné à 10 ans d’indignité nationale pour collaboration avec l’Allemagne nazie. Le tribunal a souligné que le Jeune Front avait reçu le soutien des nazis dès août 1940 pour justifier cette condamnation.
En raison de ce passé de collaboration, les journaux satiriques auraient mal orthographié le nom de Hersant Herr Sant. En 1952, cependant, il bénéficia de l’amnistie générale .

Sa condamnation pour collaborationnisme ne l’empêcha pas de se lancer dans l’édition.
Après avoir lancé quelques publications sans succès, (Bazars et Galeries, l’Equipement Ménager, le Quincailler), en 1950, il lance L’Auto-Journal, qui connaît un succès dû à la popularité croissante de l’automobile. En octobre 1952, il achète la semaine de l’Oise et l’utilise pour lancer sa carrière politique. En février 1953, il est élu maire de Ravenel, dans l’Oise, et en janvier 1956, il se présente comme candidat radical à un siège de député à l’Assemblée nationale. Il est élu avec le soutien de la section française de l’Internationale des travailleurs (SFIO) et de l’Union démocratique et socialiste de la résistance (UDSR). Cependant, le 18 avril 1956, son élection suscite un vif débat à l’Assemblée nationale en raison de son passé de collaborateur. L’Assemblée Nationale annule son élection, mais le 25 octobre 1956, il est réélu. En tant que député, Robert Hersant défend une réforme de la constitution de 1946, modifiant les articles 45, 46, 47, 48 et 52. Cette réforme aurait permis l’élection directe du Président du Conseil et l’aurait obligé à former son cabinet avec des personnalités n’appartenant pas aux organes législatifs. Il a également préconisé une partition de l’Algérie comme solution à la guerre d’Algérie. En 1958, Hersant devient gaulliste. En 1967, il est élu en tant que radical au sein de la Fédération de la gauche démocratique et socialiste. Il devient alors un conservateur qui soutient Valéry Giscard d’Estaing. Il reste député jusqu’en 1978. En 1984, il devient député au Parlement européen sur la liste du Rassemblement pour la République – Union pour la démocratie française (RPR/UDF) dirigée par Simone Veil. Il est resté député européen jusqu’à sa mort.

Il a progressivement construit son empire en achetant ou en créant des journaux locaux ou régionaux par l’intermédiaire de sa holding Socpresse (et de son associé France-Antilles). En 1957, il crée Centre Presse et en 1964, France-Antilles. Robert Hersant prend également le contrôle de divers titres régionaux tels que Le Courrier de l’Ouest, Nord Matin (acheté en 1967), Paris Normandie (acheté en 1972), Nord Eclair (acheté en 1975, et fusionné avec Nord Matin).

En 1975, il achète à Jean Prouvost le grand journal conservateur le Figaro (avec l’aide de Pierre Juillet et Marie-France Garaud, alors conseiller de Jacques Chirac), en 1976 le quotidien populaire France-Soir, et en 1980 acquiert “L’Aurore” du domaine de Marcel Boussac. A l’époque, il a été allégué que le président Giscard d’Estaing avait facilité l’obtention de prêts par Hersant afin de faire contrôler les trois journaux parisiens (totalisant 1,06 million d’exemplaires) par un allié politique. En 1979, Hersant lance Le Figaro-Magazine, un supplément hebdomadaire du Figaro, dirigé par Louis Pauwels. En 1980, Le Figaro absorbe L’Aurore. En 1983, Hersant rachète Le Dauphiné Libéré, en 1986, Le Progrès de Lyon et l’Union de Reims, et en 1987 Les Nouvelles Calédoniennes. Ainsi, en 1986, selon Daniel Singer, il contrôle 38% de la presse nationale et 26% de la presse régionale en France.

Après la chute du mur de Berlin, Hersant a étendu ses activités à l’Europe de l’Est. En 1991, il achète Magyar Nemzet (Hongrie), 51% de Rzeczpospolita (Pologne), Tempo, Dziennik Baltycki, Dziennik Lodzki, Trybuna Slaska, Express Ilustrowany, Wieczor Wybrzeza, Dziennik Zachodni et Gazeta Krakowska. Ce grand nombre d’acquisitions lui vaut les surnoms de Citizen H et Le Papivore dans le satiriste Le Canard enchaîné .

En 1987, il participe avec Silvio Berlusconi au lancement de la chaîne de télévision La Cinq. Il se retire en 1990 après avoir subi de graves pertes. La Cinq s’effondre en 1992.

Le groupe de Robert Hersant était, en

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Marie blachere
SAV Marie blachere
Service après vente Marie blachere
Contact Marie blachere
Assistance client Marie blachere