Fnac

Fnac, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Fnac Numéro de téléphone des services
  • Fnac SAV
  • Fnac Service après vente
  • Fnac Contact divers
  • Fnac Assistance client

 

Information sur les numéro de contact Fnac

La Fnac (prononciation française : ) est une grande chaîne française de distribution de produits culturels et électroniques, fondée par André Essel et Max Théret en 1954. Son siège social est situé au Flavia à Ivry-sur-Seine près de Paris.
La Fnac est une abréviation de la Fédération Nationale d’Achats des Cadres.

Les fondateurs de l’entreprise sont André Essel et Max Théret. La Fnac a été fondée en 1954.

Tout au long de l’année, la Fnac organise des “forums” qui permettent aux clients de dialoguer avec des personnalités telles que Pedro Almodóvar, George Lucas, David Cronenberg, des auteurs comme Paul Auster, Pierre Bourdieu, Françoise Giroud ou encore des concerts. Yann Tiersen, Ben Harper, Keane et David Bowie, entre autres, ont participé à ces concerts.

Chaque année, un “Salon du livre” est organisé avec des discussions entre les écrivains, les politiciens et le public. Des sujets liés à la littérature, à la culture, à la société et aux sciences y sont abordés. Depuis 2001, l’entreprise décerne également chaque année un prix, Le prix du roman Fnac, dont les lauréats sont choisis par un jury composé de libraires et de membres. Dominique Mainard, Pierre Charras, Pierre Charras, Pierre Charras et Pierre Péju font partie de ceux qui ont gagné. Ces événements sont présentés sur le site de la société fnaclive.com.

La compagnie prétend s’engager à défendre la diversité de la musique. En février 2002, la Fnac a publié avec l’UPFI (Union des Producteurs Phonographiques Français Indépendants) “Manifeste pour la diversité musicale”, en prélude à une politique de traitement favorable aux labels indépendants et à leurs artistes. La Fnac publie “Indétendances”, une compilation de dix artistes bimestrielle éditée par des labels indépendants, qu’elle met à disposition dans les magasins une partie de ses bornes d’écoute pour promouvoir leur travail.

Max Théret avait une passion pour la photographie qui a commencé en 1932. Chassé par la Gestapo, Théret quitte la zone d’occupation en 1942 pour s’installer à Grenoble où il fait carrière dans la photographie. Après la guerre, il se forme comme technicien de laboratoire photo, fonde son propre laboratoire, puis construit la première machine de traitement des couleurs en France. En 1951, alors qu’il travaillait pour la compagnie de téléphone, il a fondé Economie Nouvelle, un groupe d’achat à rabais pour les produits vendus par les marchands participants.

En 1953, Théret et André Essel conçoivent un nouveau magazine dont le but est d’améliorer la vie des travailleurs, non pas par des salaires plus élevés mais par des prix plus bas.

Le premier magasin a été ouvert dans un sous-locataire, un appartement au deuxième étage de la rue de Sébastopol à Paris, le 31 juillet 1954.

Le positionnement de la marque de l’entreprise s’est poursuivi avec la formation des vendeurs dans leurs catégories de produits, les achats étant garantis pendant un an. De plus, tous les produits ont été testés dans le centre de test indépendant de l’entreprise avant la vente. Le centre d’essai vérifierait la qualité technique, la facilité d’utilisation, le prix et le “rapport qualité/prix”, et tous les résultats seraient publiés dans le magazine gratuit de l’entreprise, Contact, que l’on peut également trouver en magasin. De plus, on s’attendait à ce que le personnel ne se contente pas de vendre ses produits, mais qu’il offre des conseils aux clients et, à partir de 1957, qu’il établisse une liste noire des produits insatisfaisants, tels que ceux qui présentent des difficultés techniques. A la fin de sa première année complète d’activité, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions de vieux francs. En 1957, elle vendait des télévisions, des hi-fis, du matériel d’enregistrement, des radios et des disques.

En 1966, le magasin de la Fnac est ouvert aux non-membres et commence à s’agrandir, ouvrant son deuxième magasin, également à Paris, avenue de Wagram, près de l’Arc de Triomphe, en 1969. À ce moment-là, l’entreprise comptait 580 employés.

Dans les années 70, la Fnac connaît une nouvelle expansion avec l’ouverture de magasins en province et un troisième dans la ville même qui vend des livres, dernier né de la gamme de produits. Les fondateurs de la société ont vendu 40 pour cent de la société à la compagnie d’assurance Union des Assurances (AXA) pour lever des fonds pour financer sa croissance. En 1972, la compagnie d’assurance a vendu 16 % de ses actions à la Banque de Paris et des Pays Bas (plus tard connue sous le nom de Banque Paribas), une banque d’investissement.

En 1974, l’entreprise a commencé à vendre des livres à 80 % du prix de détail recommandé, suscitant des protestations de la part des éditeurs, des écrivains et des libraires indépendants, qui ne pouvaient bénéficier des économies d’échelle. C’est ce qui a incité le gouvernement à agir en 1982 avec la loi dite ” anti-Fnac “, qui a été signée pour limiter les rabais sur les livres à un maximum de cinq pour cent.

Vers la fin des années 1970, la Fnac poursuit son expansion en construisant 12 magasins à Paris et dans d’autres villes de France. En 1977, les parts restantes des fondateurs de l’entreprise ont été vendues à la Société Génerale des Coopératives de Consommation (SGCC, la branche financière du groupe de distribution Coop) afin d’obtenir plus de capitaux.

La FNAC est devenue une société anonyme à la Bourse de Paris en 1980 lorsque 25 % de la société a été offerte au public. La SGCC a toutefois conservé 51 % du contrôle de la société, qui employait désormais plus de 2 700 personnes et déclarait un chiffre d’affaires de 2,2 milliards de francs.

Théret quitte l’entreprise en 1981.

En 1981, la FNAC a ouvert un magasin à Bruxelles, en Belgique, sous la direction de Sodal, une joint-venture entre la FNAC (40%) et le GIB Group (60%). Plus tard, au milieu des années 80, le Groupe GIB a ajouté trois autres magasins à Gand, Anvers et Liège.

En 1983, Essel a pris sa retraite et a été remplacé par Roger Kerinec, alors président de la SGCC.

En 1985, SGCC cède ses parts au groupe d’assurance Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF) en raison de la concurrence croissante des hypermarchés français et des chaînes de discount telles que Carrefour et E.Leclerc. Michel Barouin, président et directeur général du FMV, a également occupé ces postes à la FNAC. En 1987, Barouin disparaît dans un accident d’avion et Jean-Louis Petriat est nommé à la tête du FMV et de la FNAC.

En 1988, le premier Virgin Megastore a ouvert ses portes à Paris. Petriat a annoncé un plan de FF 1,5 milliard visant à ajouter 15 nouveaux magasins à la chaîne de 31 magasins et à doubler le chiffre d’affaires brut de la société, afin de concurrencer le nouvel entrant sur le marché français. Petriat avait également des projets d’expansion sur le marché allemand. À ce moment-là, les ventes de disques compacts et d’autres enregistrements avaient rejoint les livres comme principale source de revenus de l’entreprise.

À la fin des années 1980, Petriat a ajouté une division de distribution de musique à la suite de l’achat de Wotre Music Distribution (WMD). En janvier 1991, la Fnac Music est créée. Petriat espérait construire la première maison de disques multinationale française, avec l’intention de conquérir jusqu’à cinq pour cent du marché.

Les années 1990 ont été marquées par une concurrence féroce après l’arrivée de HMV et Virgin Megastores en 1988 ainsi que par la vigueur des hypermarchés. La société a réagi en réduisant ses prix et en intensifiant la concurrence, ce qui a contraint HMV à quitter la France après seulement six mois. Virgin Megastores reste sur le marché français et décide d’ouvrir deux autres magasins en plus de son magasin d’origine à Paris. En réponse au mégastore, la Fnac a dépensé environ 23 millions de dollars pour construire son propre mégastore, d’une superficie de 32 000 mètres carrés, soit plus de deux fois la taille du mégastore Virgin, devenu “la Cathédrale”.

En 1991, le premier magasin de la Fnac est ouvert à Berlin, dans la continuité des projets de Petriat, à proximité du mégastore Virgin d’origine, ouvert quelques mois plus tôt seulement.

En 1992, le sort de la FNAC Librairie Internationale, qui proposait des livres dans d’autres langues que le français, a été scellé et clos après seulement un an de commerce. Ce magasin a été converti en un concept de produits informatiques, appelé FNAC Micro, qui s’est avéré plus efficace.

En 1993, le premier magasin Fnac a ouvert ses portes à Madrid, en Espagne.

Malgré quelques échecs, l’entreprise a connu une croissance de son chiffre d’affaires par le biais d’une baisse de ses bénéfices au début des années 1990, également attribuée à la récession de l’économie française. En 1991, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires brut de 7,4 milliards de francs, tandis que ses bénéfices ont chuté d’environ 55 millions de francs, à 159,5 millions de francs. L’année suivante, malgré un chiffre d’affaires en hausse à 8,9 milliards de francs, le résultat net de la société s’établit à 31,9 millions de francs.

Pour la Fnac, la baisse des bénéfices a été similaire à celle de la maison mère, la GMF, dont la part de marché s’est élevée à plus de 80 pour cent. Afin de mobiliser davantage de capitaux, la GMF a accepté de vendre ses actions de la FNAC en juillet 1993 à Altus Finances, filiale du Crédit Lyonnais, filiale de l’Etat, et à Phenix, groupe immobilier détenu par la Compagnie Générale des Eaux, pour un montant de 2,4 milliards de francs. L’opération a été examinée par la Commission des opérations de bourse (COB) mais a été autorisée en septembre 1993. Le Crédit Lyonnais en devient l’actionnaire majoritaire avec 64 % des actions et la Générale des Eaux en détient 34 %. Les deux pour cent d’actions restants continuaient d’appartenir à l’État.

En 1994, le Crédit Lyonnais a annoncé qu’il allait céder sa participation de 64 % dans l’entreprise dans le cadre d’un plan de réduction d’actifs de 20 milliards de francs. En juillet 1994, la filiale Altus Finances s’est engagée à céder la majorité du capital de la FNAC pour 1,9 milliard de francs à François Pinault, premier actionnaire et architecte du Pinault-Printemps-Redoute.

Depuis 1994, PPR ou Pinault-Printemps-Redoute est l’actionnaire majoritaire de la Fnac, dirigée par François-Henri Pinault, fils de François Pinault, directeur de la maison mère. Le nouveau propriétaire a entraîné la fermeture des filiales WMD et FNAC Music et s’est plutôt concentré sur l’expansion de sa chaîne de magasins de détail. En 1995, l’entreprise a ajouté son 45e magasin français, tandis qu’un deuxième magasin espagnol, à Barcelone, a été ouvert en 1996. En 1995, le magasin de la Fnac a été fermé à Berlin et l’entreprise a plutôt poursuivi son expansion internationale en Belgique, qui devenait désormais rentable.

En octobre 1996, la nouvelle société mère a pris le contrôle total de la filiale belge et a annoncé son intention de doubler le nombre de magasins en Belgique, qui avait commencé avec l’ouverture d’un cinquième magasin en 1997. En mars 1996, François-Henri est nommé président de la Fnac et ouvre deux magasins en France. A ce stade, le chiffre d’affaires de la Fnac dépasse les 10 milliards de francs et son résultat net s’établit à 200 millions de francs.

En 1999, le premier magasin Fnac hors d’Europe a été ouvert à São Paulo (Brésil).

En 2013, Kering (anciennement PPR) a filialisé la Fnac en tant que société indépendante.

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Fnac
SAV Fnac
Service après vente Fnac
Contact Fnac
Assistance client Fnac