Flying blue

Flying blue, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Flying blue Numéro de téléphone des services
  • Flying blue SAV
  • Flying blue Service après vente
  • Flying blue Contact divers
  • Flying blue Assistance client

 

Information sur les numéro de contact Flying blue

Le projet Blue Book faisait partie d’une série d’études systématiques sur les objets volants non identifiés (OVNI) menées par l’United States Air Force. Elle a débuté en 1952, la troisième étude de ce type, après les projets Sign (1947) et Grudge (1949). Une ordonnance de clôture de l’étude a été rendue en décembre 1969, et toutes les activités menées sous ses auspices ont officiellement cessé en janvier 1970.
Le Projet Livre Bleu avait deux objectifs :

Des milliers de rapports d’OVNI ont été recueillis, analysés et classés. À la suite du rapport Condon (1968), qui concluait qu’il n’y avait rien d’anormal à propos des ovnis, et d’un examen du rapport par la National Academy of Sciences, le projet Blue Book a pris fin en décembre 1969. La Force aérienne fournit le résumé suivant de ses enquêtes :

A la fin du projet Blue Book, il avait rassemblé 12 618 rapports d’OVNI et avait conclu que la plupart d’entre eux étaient des erreurs d’identification de phénomènes naturels (nuages, étoiles, etc.) ou d’avions classiques. Selon le Bureau national de reconnaissance, un certain nombre de ces rapports pourraient s’expliquer par les vols des avions de reconnaissance U-2 et A-12, qui étaient auparavant des avions secrets. Un faible pourcentage des rapports d’OVNI ont été classés comme inexpliqués, même après une analyse rigoureuse. Les rapports sur les ovnis ont été archivés et sont disponibles en vertu de la Freedom of Information Act, mais les noms et autres renseignements personnels de tous les témoins ont été supprimés.

Les études publiques de l’USAF sur les OVNI ont été initiées pour la première fois dans le cadre du Projet Sign à la fin de 1947, à la suite de nombreux rapports largement diffusés sur les OVNI (voir Kenneth Arnold). Le projet Sign a été lancé expressément à la demande du général Nathan Twining, chef du Commandement du matériel de la Force aérienne à la base aérienne de Wright-Patterson. Wright-Patterson devait également accueillir Project Sign et toutes les enquêtes publiques officielles subséquentes de l’USAF.

Le signe n’était officiellement pas concluant quant à la cause des observations. Cependant, selon le capitaine Edward J. Ruppelt de l’US Air Force (le premier directeur du projet Blue Book), l’estimation initiale des renseignements de Sign (la soi-disant estimation de la situation), rédigée à la fin de l’été 1948, conclut que les soucoupes volantes étaient de véritables embarcations, qu’elles n’étaient ni fabriquées par l’Union soviétique ni les États-Unis, et étaient probablement extra-terrestre en origine. Cette estimation a été transmise au Pentagone, mais le général Hoyt Vandenberg, chef d’état-major de l’USAF, a ordonné sa destruction en invoquant un manque de preuves physiques. Vandenberg a par la suite démantelé Project Sign.

À la fin de 1948, Project Sign a été remplacé par Project Grudge, qui a été critiqué comme ayant un mandat déboulonnant. Ruppelt a fait référence à l’époque du Projet rancœur comme à l'”âge des ténèbres” des premières enquêtes de l’USAF sur les OVNI. La rancune a conclu que tous les OVNI étaient des phénomènes naturels ou d’autres interprétations erronées, bien qu’il ait également déclaré que 23 % des rapports ne pouvaient être expliqués.

Selon le capitaine Edward J. Ruppelt, à la fin de 1951, plusieurs généraux de haut rang et très influents de l’USAF étaient tellement insatisfaits de l’état des enquêtes sur les ovnis de l’armée de l’air qu’ils démantelèrent le projet Grudge et le remplacèrent par le projet Blue Book en mars 1952. L’un de ces hommes était le général Charles P. Cabell. Un autre changement important s’est produit lorsque le général William Garland s’est joint à l’état-major de Cabell ; Garland pensait que la question des ovnis méritait un examen sérieux car il avait été témoin d’un OVNI.

Le nouveau nom, Project Blue Book, a été choisi pour faire référence aux livrets bleus utilisés pour les tests dans certains collèges et universités. Le nom a été inspiré, dit Ruppelt, par l’attention particulière que les officiers de haut rang accordaient au nouveau projet ; il semblait que l’étude des ovnis était aussi importante que l’examen final du collège. Le statut du Blue Book a également été amélioré par la création de la Direction des phénomènes aériens, qui est passée de Projet rancœur à Projet rancœur.

Ruppelt a été le premier chef de projet. Il était un aviateur expérimenté, ayant été décoré pour ses efforts au sein de l’armée de l’air pendant la Seconde Guerre mondiale et ayant par la suite obtenu un diplôme en aéronautique. Il a officiellement inventé le terme “Objet volant non identifié”, pour remplacer les nombreux termes (“soucoupe volante”, “disque volant”, etc.) que les militaires utilisaient auparavant ; Ruppelt pensait que “objet volant non identifié” était un terme plus neutre et précis. Ruppelt démissionna de l’armée de l’air quelques années plus tard et écrivit le livre The Report on Unidentified Flying Objects, qui décrit l’étude des ovnis par l’armée de l’air des États-Unis de 1947 à 1955. Le scientifique américain Michael D. Swords a écrit que “Ruppelt mènerait le dernier véritable effort d’analyse des OVNI”.

Ruppelt a mis en œuvre un certain nombre de changements : Il a rationalisé la manière dont les OVNI étaient signalés aux responsables militaires (et par eux), en partie dans l’espoir d’atténuer la stigmatisation et le ridicule associés aux témoins d’OVNI. Ruppelt a également ordonné l’élaboration d’un questionnaire standard pour les témoins d’OVNI, dans l’espoir de découvrir des données qui pourraient faire l’objet d’une analyse statistique. Il a chargé le Battelle Memorial Institute de créer le questionnaire et d’informatiser les données. À l’aide de rapports de cas et de données informatisées, Battelle a ensuite effectué une étude scientifique et statistique massive de tous les cas d’OVNI de la Force aérienne, terminée en 1954 et connue sous le nom de ” Project Blue Book Special Report No. 14 ” (voir le résumé ci-dessous).

Sachant que le factionnalisme avait nui au progrès du Projet Signe, Ruppelt fit de son mieux pour éviter le genre de spéculation ouverte qui avait conduit le personnel du Signe à être divisé entre les partisans et les critiques de l’hypothèse extraterrestre. Comme l’écrit Michael Hall, “Ruppelt a non seulement pris le travail au sérieux, mais il s’attendait à ce que son personnel le fasse aussi. Si quelqu’un sous sa direction devenait trop sceptique ou trop convaincu d’une théorie particulière, il se retrouvait rapidement hors du projet.” Dans son livre, Ruppelt rapporte qu’il a congédié trois membres du personnel très tôt dans le projet parce qu’ils étaient “trop pour” ou “trop contre” une hypothèse ou une autre. Ruppelt a demandé l’avis de nombreux scientifiques et experts et a publié régulièrement des communiqués de presse (ainsi que des rapports mensuels classifiés pour le renseignement militaire).

Chaque base de l’U.S. Air Force avait un officier du Blue Book pour recueillir les rapports des OVNI et les transmettre à Ruppelt. Pendant la majeure partie de son mandat, Ruppelt et son équipe ont été autorisés à interroger tous les militaires qui ont été témoins d’OVNI et n’ont pas été tenus de suivre la chaîne de commandement. Cette autorité sans précédent a souligné le sérieux de l’enquête du Livre Bleu.

Sous la direction de Ruppelt, Blue Book a enquêté sur un certain nombre d’affaires bien connues d’OVNI, y compris les soi-disant feux Lubbock, et une affaire radar/visuelle de 1952 largement médiatisée sur Washington DC… Selon Jacques Vallee, Ruppelt a commencé la tendance, largement suivie par les enquêtes ultérieures du Livre Bleu, de ne pas considérer sérieusement les nombreux rapports d’atterrissages d’OVNI et/ou d’interaction avec de prétendus occupants OVNI.

L’astronome Dr. J. Allen Hynek était le consultant scientifique du projet, comme il l’avait été avec Projects Sign and Grudge. Il a travaillé pour le projet jusqu’à sa fin et a d’abord créé la catégorisation qui a été étendue et qui est connue aujourd’hui sous le nom de Close encounters. Il était très sceptique lorsqu’il a commencé, mais il a dit que ses sentiments avaient changé pour un scepticisme plus hésitant pendant la recherche, après avoir rencontré une minorité de rapports d’OVNI qu’il croyait inexplicables.

Ruppelt quitta Blue Book en février 1953 pour une réaffectation temporaire. Il est revenu quelques mois plus tard pour constater que son personnel était passé de plus de dix à deux subordonnés. Frustré, Ruppelt suggère qu’une unité de commandement de la défense aérienne (le 4602e Escadron du renseignement aérien) soit chargée des enquêtes sur les OVNI.

En juillet 1952, après une accumulation de centaines d’observations au cours des mois précédents, une série de détections radar coïncidant avec des observations visuelles a été observée près de l’aéroport national de Washington, D.C. (voir 1952 Washington D.C. UFO incident). Le futur sénateur de l’Arizona et candidat à l’élection présidentielle de 2008, le regretté John McCain, serait l’un de ces témoins.

Après beaucoup de publicité, ces observations ont amené la Central Intelligence Agency à mettre sur pied un groupe de scientifiques dirigé par M. H. P. Robertson, physicien du California Institute of Technology, qui comprenait divers physiciens, météorologues et ingénieurs, et un astronome (Hynek). Le Comité Robertson s’est réuni pour la première fois le 14 janvier 1953 afin de formuler une réponse à l’intérêt public écrasant pour les ovnis.

Ruppelt, Hynek et d’autres ont présenté les meilleures preuves, y compris des séquences de films, qui avaient été recueillies par Blue Book. Après avoir passé 12 heures à examiner des données sur 6 ans, le panel Robertson a conclu que la plupart des rapports d’OVNI contenaient des explications prosaïques et que toutes pouvaient être expliquées par une enquête plus approfondie, ce qu’il a jugé ne pas valoir la peine de faire.

Dans leur rapport final, ils ont souligné que les rapports d’OVNI de qualité inférieure et invérifiables surchargent les canaux du renseignement, avec le risque de ne pas voir apparaître une véritable menace conventionnelle pour les États-Unis. Ils ont donc recommandé que l’armée de l’air mette moins l’accent sur la question des OVNI et entreprenne une campagne de démolition pour diminuer l’intérêt public. Ils ont suggéré la débauche par le biais des médias, y compris Walt Disney Productions, et le recours à des psychologues, des astronomes et des célébrités pour ridiculiser le phénomène et proposer des explications prosaïques.

De nombreux chercheurs ont conclu que le Comité Robertson recommandait de contrôler l’opinion publique au moyen d’un programme de propagande officielle et d’espionnage. Ils croient également que ces recommandations ont contribué à façonner la politique de la Force aérienne concernant l’étude des ovnis, non seulement immédiatement après, mais aussi jusqu’à aujourd’hui. Il semble que les recommandations du Groupe d’experts ont été mises en œuvre au moins deux décennies après la publication de ses conclusions (voir l’article principal pour les détails et les citations).

En décembre 1953, le Joint Army-Navy-Air Force Regulation numéro 146 a érigé en infraction pénale le fait pour un militaire de discuter de rapports classifiés d’OVNI avec des personnes non autorisées. Les contrevenants risquaient jusqu’à deux ans de prison et/ou des amendes pouvant atteindre 10 000 $.

Dans son livre (voir les liens externes), Ruppelt décrit la démoralisation du personnel du Livre bleu et le dépouillement de ses fonctions d’enquête à la suite de la décision du Comité Robertson.

En conséquence immédiate des recommandations du Comité Robertson, en février 1953, la Force aérienne a publié le Règlement 200-2, qui ordonnait aux officiers de la base aérienne de discuter publiquement des incidents d’OVNI seulement s’ils jugeaient qu’ils avaient été résolus, et de classer tous les cas non résolus pour les garder à l’abri des regards publics.

Le même mois, les fonctions d’enquête ont commencé à être assumées par le 4602e Escadron du renseignement aérien (AISS) nouvellement formé du Commandement de la défense aérienne. La 4602e AISS a été chargée d’enquêter uniquement sur les cas d’OVNI les plus importants ayant des implications en matière de renseignement ou de sécurité nationale. Ces cas ont été délibérément détournés du Livre Bleu, laissant le Livre Bleu s’occuper des rapports les plus triviaux.

Le général Nathan Twining, qui a lancé le projet Sign en 1947, était maintenant chef d’état-major de la Force aérienne. En août 1954, il devait codifier davantage les responsabilités de la 4602e AISS en publiant une mise à jour du Règlement 200-2 de la Force aérienne. En outre, les OVNI (appelés “OVNI”) ont été définis comme “tout objet aéroporté qui, par ses performances, ses caractéristiques aérodynamiques ou ses caractéristiques inhabituelles, n’est conforme à aucun aéronef ou type de missile actuellement connu, ou qui ne peut être identifié avec certitude comme un objet connu”. L’enquête sur les OVNI a été déclarée pour des raisons de sécurité nationale et pour déterminer les “aspects techniques”. AFR 200-2 a de nouveau déclaré que le Livre Bleu ne pouvait discuter des cas d’OVNI avec les médias que s’ils étaient considérés comme ayant une explication conventionnelle. S’ils n’étaient pas identifiés, on devait seulement dire aux médias que la situation était en cours d’analyse. Le Blue Book a également reçu l’ordre de réduire au minimum le nombre de personnes non identifiées.

Tout ce travail a été fait en secret. Le visage public du Blue Book continuait d’être l’enquête officielle de la Force aérienne sur les ovnis, mais la réalité était qu’il avait été réduit à faire très peu d’enquêtes sérieuses, et était devenu presque uniquement une équipe de relations publiques avec un mandat de démystification. Par exemple, à la fin de 1956, le nombre de cas non résolus avait chuté d’à peine 0,4 p. 100, passant de 20 à 30 p. 100 quelques années auparavant seulement.

Ruppelt finit par demander une réaffectation ; à son départ en août 1953, son personnel avait été réduit de plus de dix personnes (les effectifs précis variaient) à seulement deux subordonnés et lui-même. Son remplaçant temporaire était un sous-officier. La plupart de ceux qui lui ont succédé en tant que directeur du Livre Bleu ont fait preuve d’apathie ou d’hostilité totale à l’égard du sujet des OVNI, ou ont été gênés par un manque de financement et de soutien officiel.

Les enquêteurs sur les ovnis considèrent souvent le bref mandat de Ruppelt au Blue Book comme le point culminant des enquêtes publiques de la Force aérienne sur les ovnis, alors que les enquêtes sur les ovnis étaient traitées sérieusement et appuyées à des niveaux élevés. Cependant, Ruppelt en vint plus tard à adopter la perspective du Livre Bleu selon laquelle il n’y avait rien d’extraordinaire à propos des OVNI ; il a même qualifié le sujet de “mythe de l’ère spatiale”.

En mars 1954, le capitaine Charles Hardin est nommé à la tête du Blue Book ; cependant, le 4602e a mené la plupart des enquêtes sur les ovnis, et Hardin ne s’y est pas opposé. Ruppelt a écrit que Hardin “pense que quiconque est même intéressé

En 1955, l’armée de l’air a décidé que le but du Livre Bleu ne devait pas être d’enquêter sur les rapports d’OVNI, mais de minimiser le nombre de rapports non identifiés d’OVNI. Vers la fin de 1956, le nombre d’observations non identifiées avait chuté de 20 à 25 % de l’ère Ruppelt à moins de 1 %.

Le capitaine George T. Gregory a pris la direction de Blue Book en 1956. Clark écrit que Grégoire a mené le Livre Bleu “dans une direction anti OVNI encore plus ferme que l’apathique Hardin.” Le 4602e Escadron a été dissous et le 1066e Escadron du renseignement aérien a été chargé des enquêtes sur les ovnis.

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Flying blue
SAV Flying blue
Service après vente Flying blue
Contact Flying blue
Assistance client Flying blue