Apec

Apec, informations, contact SAV, Service client et assistance

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Apec Numéro de téléphone des services
  • Apec SAV
  • Apec Service après vente
  • Apec Contact divers
  • Apec Assistance client

 

Numéro de contact téléphone Apec

La Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), un forum intergouvernemental pour 21 économies membres dans la région du Pacifique,

Les chefs de gouvernement de tous les membres de l’APEC, sauf la République de Chine (qui est représentée par un fonctionnaire de niveau ministériel sous le nom de Taipei chinois en tant que leader économique)

L’APEC a été inspirée au départ par la série de conférences post-ministérielles de l’ANASE, lancée au milieu des années 1980, qui avait démontré la faisabilité et l’utilité de conférences régulières entre les représentants de niveau ministériel des économies développées et en développement. En 1996, les conférences post-ministérielles s’étaient étendues à 12 membres (les six membres de l’ANASE de l’époque et ses six partenaires de dialogue). Cette évolution a amené le Premier ministre australien Bob Hawke à croire en la nécessité d’une coopération régionale sur les questions économiques. En janvier 1989, Bob Hawke a demandé une coopération économique plus efficace dans toute la région du Pacifique. Cela a conduit à la première réunion de l’APEC dans la capitale australienne de Canberra en novembre, présidée par le ministre australien des Affaires étrangères Gareth Evans. La réunion, à laquelle ont assisté les ministres de douze pays, s’est terminée par des engagements en vue de futures réunions annuelles à Singapour et en Corée du Sud. Dix mois plus tard, douze économies de l’Asie-Pacifique se sont réunies à Canberra, en Australie, pour créer l’APEC. Le secrétariat de l’APEC, basé à Singapour, a été établi pour coordonner les activités de l’organisation.

Au cours de la réunion de 1994 à Bogor, en Indonésie, les dirigeants de l’APEC ont adopté les objectifs de Bogor qui visent le libre-échange et l’investissement dans la région Asie-Pacifique d’ici 2010 pour les économies industrialisées et d’ici 2020 pour les économies en développement. En 1995, l’APEC a créé un organe consultatif d’affaires appelé le Conseil consultatif d’affaires de l’APEC (ABAC), composé de trois cadres d’affaires de chaque économie membre.

En avril 2001, l’APEC, en collaboration avec cinq autres organisations internationales (Eurostat, AIE, OLADE, OPEP et la DSNU) a lancé l’exercice conjoint sur les données pétrolières, qui est devenu en 2005 l’Initiative conjointe sur les données des organisations (JODI).

Le lieu de la réunion fait l’objet d’une rotation annuelle entre les membres.

L’APEC compte actuellement 21 membres. Toutefois, le critère d’adhésion est que le membre soit une économie distincte, plutôt qu’un État. Par conséquent, l’APEC utilise le terme économies membres plutôt que pays membres pour désigner ses membres. Ce critère a notamment pour conséquence que l’adhésion au forum inclut Taïwan (officiellement la République de Chine, participant sous le nom de ” Taipei chinois “) aux côtés de la République populaire de Chine (voir les relations entre les deux rives du détroit), ainsi que Hong Kong, qui est entrée dans l’APEC en tant que colonie britannique mais qui est maintenant une région administrative spéciale de la République populaire de Chine. L’APEC comprend également trois observateurs officiels : l’ASEAN, le Forum des îles du Pacifique et le Conseil de coopération économique du Pacifique.

L’Inde a demandé à devenir membre de l’APEC et a reçu un soutien initial des États-Unis et du Japon,

Bangladesh, et le moratoire a encore été prolongé jusqu’en 2007 en raison de la crise financière asiatique de 1997. Guam a également cherché activement à obtenir une adhésion distincte, en citant l’exemple de Hong Kong, mais cette demande est rejetée par les États-Unis, qui représentent actuellement Guam.

L’APEC est depuis longtemps à l’avant-garde des efforts de réforme dans le domaine de la facilitation du commerce. Entre 2002 et 2006, les coûts des transactions commerciales dans la région ont été réduits de 6 % grâce au Plan d’action de l’APEC pour la facilitation des échanges. Entre 2007 et 2010, l’APEC espère parvenir à une réduction supplémentaire de 5 % des coûts des transactions commerciales. cette fin, un nouveau Plan d’action pour la facilitation des échanges a été approuvé. Selon un mémoire de recherche publié en 2008 par la Banque mondiale dans le cadre de son projet sur les coûts et la facilitation des échanges, il est essentiel d’accroître la transparence du système commercial de la région si l’APEC veut atteindre ses objectifs de Bogor.

L’APEC a commencé à discuter officiellement du concept d’une zone de libre-échange de l’Asie-Pacifique (ZLEA) lors de son sommet de 2006 à Hanoi. Cependant, la proposition d’une telle zone existe depuis au moins 1966 et la proposition de l’économiste japonais Kiyoshi Kojima pour une proposition d’accord de libre-échange dans le Pacifique. Bien qu’elle n’ait pas eu beaucoup de succès, l’idée a conduit à la formation de la Conférence sur le commerce et le développement du Pacifique, puis du Conseil de coopération économique du Pacifique en 1980 et de l’APEC en 1989.

Dans la foulée du sommet de 2006, l’économiste C. Fred Bergsten a préconisé un accord de libre-échange de l’Asie-Pacifique, incluant les États-Unis parmi les parties proposées à tout accord à l’époque.

La proposition d’un ALEA est née en raison de l’absence de progrès dans le cycle de négociations de Doha de l’Organisation mondiale du commerce, et comme moyen de surmonter l’effet de ” bol de nouilles ” créé par les éléments qui se chevauchent et qui sont en conflit dans les nombreux accords de libre-échange – il y a eu environ 60 accords de libre-échange en 2007, et 117 autres sont en cours de négociation

Wiki information et téléphone compatible avec les services :

Numéro téléphone Apec
SAV Apec
Service après vente Apec
Contact Apec
Assistance client Apec